« De la science des problèmes à la science des solutions »: Newsletter de L’Onaps

Dans le cadre du partenariat entre L’Onaps, de la chaire UNESCO et du centre collaborateur OMS « ÉducationS & Santé » ; Didier Jourdan, titulaire de la Chaire, a rédigé l’éditorial de la Newsletter de Septembre 2019 sur le thème: « De la science des problèmes à la science des solutions ». Il a souligné que les problématiques de l’activité physique et de la sédentarité sont au cœur des enjeux contemporains de santé publique. Bien qu’une large variété de dispositifs émanant de l’État, des collectivités territoriales, des fédérations ou du secteur associatif soit opérationnelle, les politiques actuelles ont encore un impact limité notamment sur les inégalités. En effet, c’est une large variété de facteurs environnementaux, sociaux, culturels et individuels qui conditionnent les comportements. L’action publique ne peut consister à dicter des comportements sur un mode paternaliste, elle doit créer les conditions réelles d’une réduction de la sédentarité et d’une amélioration de la santé de tous. Il a souligné le fait que la perspective d’ensemble est celle de l’accompagnement du changement social via l’intervention sur les déterminants environnementaux d’une part et les habitudes de vie d’autre part. C’est l’action sur l’ensemble des leviers disponibles qui est de nature à permettre des gains significatifs en matière de lutte contre la sédentarité au service de tous, notamment des plus vulnérables. Il s’agit de permettre à chacun de trouver un équilibre dans sa vie physique et de construire un rapport autonome et responsable à la santé. Au-delà de l’observation des comportements (la science des problèmes), il nous faut renforcer et structurer les dispositifs de production de connaissance sur les organisations qui permettent de lutter contre la sédentarité là où vivent les gens (la science des solutions). Comment agir concrètement et de façon durable sur le terrain ? Aujourd’hui, la priorité est d’améliorer la qualité de l’environnement et des services rendus plutôt que de tenter d’implanter une intervention universellement efficace. Didier Jourdan a conclu en indiquant que l’ambition partagée était de passer des paroles aux actes, de produire avec les personnes concernées des données opérationnelles, de partager les connaissances, d’accompagner les familles, les élus, les bénévoles, les professionnels de santé, du sport, de l’éducation. C’est ce à quoi il convient de s’attacher aujourd’hui dès lors que l’ambition et d’améliorer la santé de tous et de réduire les inégalités.

Lien vers le texte

Lien vers la Newsletter n°15 de Septembre 2019

Lien vers L’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité