Les futurs de l’éducation au carrefour des épistémologies du Nord et du Sud » : la contribution d’Obrillant Damus pour « Les futurs de l’Éducation » de l’UNESCO

La Chaire UNESCO est fière de son représentant national pour Haïti, Obrillant Damus ! Socio anthropologue, linguiste, enseignant-chercheur aux l’Université d’État d’Haïti et de Quisqueya fait partie des 60 lauréats sélectionnés au concours de l’UNESCO « Les futurs de l’éducation ». Cette initiative de l’UNESCO vise à repenser l’éducation et à façonner l’avenir. Elle vise à susciter un débat mondial sur la nécessité de réinventer le savoir et l’apprentissage dans un monde de plus en plus complexe, incertain et précaire.

Son ambitieux et fascinant projet appelle l’éducation à se situer au carrefour des épistémologies du Nord et du sud. Le chercheur utilise la métaphore du rouleau compresseur pour décrire le paradigme éducatif monoculturel actuel, qui broie sur son passage tous les savoirs locaux qui ne rentrent pas dans le même cadre de rationalité. Une grande partie de ces savoirs sont pourtant très importants pour donner sens aux pratiques et aux expériences humaines et jouent un rôle essentiel dans la durabilité humaine et écologique. Il explique que ce système fabrique des hommes et des femmes déconnectés de leur réalité concrète et qu’il induit trois formes de processus de destruction des savoirs :

  • L’endo-épistémicide : lorsque les titulaires des savoirs locaux du sud ont tendance à rejeter leurs propres savoirs au profit de savoirs importés.
  • L’exo-épistémicide : lorsque les interventions en Haïti et en Afrique font disparaître les expertises locales qui ont toujours fait leur preuve et prouver leur efficacité.
  • L’auto-épistémicide : lorsque beaucoup de savoirs locaux et ancestraux disparaissent tous seuls faute de ne pas être valorisés et utilisés par les acteurs sociaux notamment les jeunes.

Obrillant Damus appelle à une alliance constructive entre les épistémologies du sud et du nord afin de réduire les processus de destructions des savoirs locaux. Il insiste aussi sur l’importance de l’intégration des savoirs locaux dans les programmes d’enseignements primaires, secondaires et universitaires, et que ceux-ci soient dispensés dans la langue maternelle, le créole.

Comme l’écrit Obrillant Damus, la valorisation de la diversité des savoirs, des parcours historiques, des temporalités, des cultures humaines, des langues, des visions du monde, des modes de pensées et d’action permettra à l’Éducation du futur de faire face à la violence monoculturelle. Articuler les épistémologies du sud et du nord dans une véritable écologie des savoirs est un enjeu clé pour bâtir des sociétés fortes, pacifiques et résilientes.

Lire l’article  

Le portrait vidéo d’Obrillant Damus