Réouverture des écoles : données et expériences de terrain

Avec la réouverture des écoles dans les pays où elles ont été fermées, nous entrons dans une nouvelle phase de la pandémie. Ces fermetures nationales et localisées touchent plus de 90 % de la population scolaire et étudiante mondiale (environ 1,3 milliard d’enfants et de jeunes). La réouverture des écoles n’est pas chose facile, même si, à ce stade de la pandémie, elle est une priorité dans la plupart des pays, car l’impact des fermetures est massif. Selon le contexte socio-économique, les cultures des pays, les mécanismes concrets de la réouverture diffèrent.

La réouverture des écoles du point de vue du terrain

Étant donné que cette pandémie est unique, tout comme la durée de la fermeture, il est crucial de partager les informations sur les stratégies locales et nationales dans différents contextes. C’est pourquoi la chaire UNESCO et le Centre collaborateur OMS ÉducationS & Santé, en collaboration avec la fondation du réseau “Schools for Health in Europe” (SHE) et la section de promotion de la santé de l’EUPHA, la Fédération Nationale d’Éducation et de promotion de la santé (FNES), le Réseau Francophone International Francophone pour le Promotion de la Santé (REFIPS), le RADIX, le Réseau d’Écoles21 et le Réseau Éducation et Solidarité (RES) ont lancé un processus de partage des connaissances sur la réouverture des écoles.

Les résultats préliminaires de l’enquête sont accessibles ici .

La réouverture des écoles : une stratégie intersectorielle

La réouverture des écoles est une stratégie intersectorielle par nature. Toutes les parties prenantes doivent être impliquées : professionnels de l’éducation et de la santé, élèves, parents, décideurs politiques… Les recherches montrent que, quelles que soient les instructions d’ouverture et de fermeture des écoles, l’absentéisme des élèves et des professionnels peut être très élevé lors des épidémies, tant pour cause de maladie que de retrait volontaire. En ce qui concerne les mesures de distanciation sociale, il semble que si les activités et les contacts diminuent, ils ne cessent pas. Il est nécessaire de permettre à chacun de comprendre pourquoi les écoles sont fermées ou rouvertes alors que la “guerre” contre le virus n’est pas gagnée. Après une phase aiguë où la priorité est de protéger la capacité des services hospitaliers d’urgence et de réanimation, il peut être nécessaire de permettre à chacun d’avoir une vision plus opérationnelle de l’épidémie pour sa propre vie quotidienne. Deux approches sont proposées :

  • Premièrement, il n’est pas raisonnable d’entretenir une vision magique de résolution de la crise avec un médicament miracle ou un vaccin. Il n’y a aucune garantie qu’un tel traitement soit disponible à court terme. Il va donc falloir apprendre à vivre avec le virus, comme c’est le cas avec d’autres coronavirus, le VIH et le virus Ebola. Les épidémies de SRAS, de MERS, de VIH/SIDA et de la maladie à virus d’Ebola n’ont pas été maîtrisées par des traitements médicaux, mais principalement par le dépistage et des approches de protection basées sur la population. Elles font appel à des compétences citoyennes.
  • Deuxièmement, pour comprendre comment vivre avec le virus, il semble important d’aider chacun à comprendre que nous sommes dans un processus d’adaptation lié à la diffusion d’un virus au sein des populations humaines. Au terme de ce processus, un nouvel équilibre sera établi sans que le virus ne disparaisse, mais sa transmission sera limitée. Si un vaccin peut être développé, il assurera l’immunisation de la population tout en minimisant les risques.

Lors de la réouverture des classes, il sera probablement nécessaire de mettre l’épidémie à distance et de se concentrer sur d’autres sujets. Cependant, en raison du contexte anxiogène que nous connaissons, il sera également essentiel que les élèves puissent renforcer leurs connaissances sur les micro-organismes (et pas seulement les virus), faire évoluer leurs représentations vers une vision plus écologique des relations entre le monde vivant microbien et la santé, travailler sur les médias et la pensée critique, voir leur bien-être pris en compte…

Inventaire des données scientifiques, des recommandations et des pratiques

Vous trouverez sur cette page web dédiée les articles relatifs aux données scientifiques disponibles, les recommandation développées par l’UNESCO, l’OMS, WASH in Schools et d’autres institutions et les pratiques recueillies dans le monde entier par la communauté de la Chaire.