Retour des élèves et recommandations

29 mai 2020

Démarches nationales, régionales et locales de réouverture des écoles – Résultats préliminaires


Résumé

  • Les groupes qui reviennent sont le plus souvent les élèves du primaire et les étudiants du secondaire qui passent des examens nationaux de fin d’études (diplômes de fin d’études secondaires ; transition vers l’enseignement supérieur).
  • La réduction de la taille des classes, la distanciation sociale et les mesures d’hygiène sont les recommandations les plus souvent décrites, mais de nombreuses autres stratégies de réduction des risques ont été préconisées.
  • L’éducation sur la pandémie n’a pas toujours été officiellement incluse dans les directives, mais de nombreux répondants ont décrit les moyens d’utiliser les espaces d’apprentissage publics au niveau national et les matériels pédagogiques dans les écoles.

Retour des groupes d’élèves et d’étudiants

La plupart des pays ont indiqué que les élèves du primaire sont les premiers à reprendre l’école. L’autre groupe prioritaire est celui des étudiants du secondaire qui passent des examens nationaux de fin d’études, p. ex., pour faciliter leur accès à l’enseignement supérieur ou pour obtenir une qualification reconnue. Les enfants des personnels clés (p. ex., personnels soignants, policiers, enseignants) vont également continuer  d’être accueillis.

Recommandations nationales en réponse à la pandémie

Il existe de nombreuses stratégies communes de réduction des risques qui ont été incorporées dans les directives liées à de nombreux aspects de la vie publique pendant la pandémie. On y trouve la distanciation physique, le lavage fréquent des mains et le port d’un masque. La figure 1 montre le nombre de pays (sur un total de 17 qui ont répondu jusqu’à présent) où au moins un répondant a spécifiquement indiqué un élément de réduction des risques dans sa description des directives. [La description suivant le graphique apporte des exemples de pays, indiqués entre parenthèses dans le texte, mettant en œuvre différentes stratégies.]

Figure 1 – Graphique des pays/répondants citant des stratégies spécifiques de réduction des risques dans les recommandations

La réduction de la taille des classes est l’élément le plus souvent signalé dans les recommandations (15 pays sur 17), pour permettre un espacement entre les élèves qui respecte les règles de distanciation physique. La taille des groupes est variable allant de 5 enfants dans les classes de maternelle (Islande), à 15 élèves – réduction la plus courante représentant environ 50% des effectifs habituels (Angleterre, France, Grèce) et plus, pouvant aller jusqu’à 20 élèves (Sénégal, étudiants plus âgés en Islande).

La distanciation physique a également été confirmée dans la plupart des pays (13 pays sur 17), bien que certains répondants qui étaient déjà plus avancés dans le déconfinement aient indiqué qu’elle ne s’appliquait qu’aux enseignants (Australie) ou qu’aux étudiants plus âgés (lycées islandais).

Les mesures d’hygiène (lavage des mains fréquent, réorganisation des toilettes) ont été souvent signalées, moins en ce qui concerne le nettoyage des écoles. Certains pays ont arrêté les transports scolaires (Belgique) ou assurent ce service à la moitié des capacités habituelles pour permettre la distanciation (Portugal, Sénégal). Le port d’un masque a été décrit dans les recommandations de neuf pays, mais en Angleterre, celles-ci précisent que les masques ne seront pas  obligatoires. La plupart des pays décrivant les changements apportés aux cantines ont déclaré qu’elles seraient fermées (Allemagne, Pays-Bas) et certains pays ont demandé aux parents d’apporter le déjeuner de leurs enfants (Philippines, France).

Suisse – Film de recommandations pour les élèves retournant à l’école

Des mesures ont été prises quant à la circulation des personnes et à la réorganisation des emplois du temps pour assurer l’espacement et la distanciation entre les élèves. Ces stratégies comprennent la rotation des effectifs par petits groupes pendant un ou deux jours chaque semaine (Belgique) ; des heures de début et de fin de la classe décalées (p. ex., Portugal), ce qui évite également de circuler aux heures de pointe ; des pauses et des heures de déjeuner elles-aussi décalées (Tunisie). La réduction des déplacements des élèves au sein de l’école (Australie), l’interdiction pour les parents d’être sur place (Pays-Bas) et la mise en place d’un système à sens unique (Angleterre) ont tous pour objectif de maintenir la distanciation.

Les répondants de 12 pays ont décrit des approches éducatives concernant la pandémie dans le contexte des écoles. De nombreux pays ont des dispositifs d’éducation de la population générale sur la COVID-19 qui peuvent être utilisés par les écoles, mais certains systèmes d’éducation envisagent une approche spécifique. Il pourrait s’agir de concevoir des jeux/vidéos pour les jeunes enfants afin de transmettre des messages sur le lavage des mains (Angleterre, Suisse), ou d’adapter le contenu du programme d’éducation pour la santé existant pour aborder des sujets liés à la pandémie (Finlande). En Namibie, un effort collectif est déployé pour mettre en place un forum éducatif pour combattre la désinformation, qui sera intégré à leur stratégie. Seuls les répondants français ont décrit la contribution spécifique des infirmières scolaires aux discussions sur la COVID-19 avec les élèves et le personnel.

Lire la suite du rapport :